Présentation de Polyglossies18, un blog de recherche et d’analyse de corpus

Le format du blogging semble particulièrement adapté, pour le chercheur littéraire, au dépouillement de corpus. Un blog peut croître au fil des lectures, accueillir, grâce aux liens hypertexte, des renvois organiques qui font apparaître la cohérence et la complexité du corpus ; les liens externes connectent (littéralement) le contenu spécifique du blog au reste du monde, et à d’autres corpus…

C’est cette intuition que met en pratique le blog Polyglossies du 18e siècle. Son objectif est double : d’abord, constituer un répertoire numérique des méthodes de langues étrangères pour les francophones (et inversement) au 18e siècle, selon un principe simple : un billet par livre. Ces billets sont basés sur un modèle-type importé à chaque nouvelle rédaction, grâce à la fonction d’aide à la rédaction de wordpress :

aide_rédaction_wordpress

Le système de catégories est utilisé de manière croisée, comme dans une base de données, afin de classer les billets correspondants à un ouvrage en fonction de la nature de ce dernier (manuel ou dictionnaire), des langues qu’il aborde (polonais, danois, italien — liste appelée à s’enrichir !) ou de sa date (catégories par décennies).

Mais le dépouillement ne doit être que le prélude à l’exploitation d’un corpus. Aussi une dernière catégorie existe-t-elle : celle des notes de synthèses, qui ont pour but d’analyser le corpus qui se constitue peu à peu. Plutôt que de véritables articles (au sens scientifique du terme), ces billets datés rassemblent des faisceaux de remarques qui découlent d’un état du corpus. Ils sont appelés à être enrichis ou contestés par des billets ultérieurs, constituant ainsi une archive de l’évolution de la réflexion, parallèle à celle du corpus.

Cette conception organique et évolutive se double de nombreuses connexions au reste du monde (c’est-à-dire de la Toile). Les premières ressources convoquées sont les bibliothèques numériques, dont une liste, appelée à s’enrichir, figure dans le Blogroll. Ces bibliothèques reproduisent, souvent en versant ces images dans le domaine public (GoogleBooks, FBC…), des ouvrages anciens, dont ceux qui font l’objet de la recherche présentée dans le blog. Outre la facilité de travail que procure l’accès numérique aux ouvrages, ces bibliothèques dématérialisées permettent de lier directement une référence à la bonne page de l’ouvrage concerné, ou d’inclure, dans les billets, pages de titre et extraits des livres présentés. Les outils de liaison de GoogleBooks se révèlent très pratiques, tant pour cibler une page que pour inclure dans un billet un extrait de page simplement via l’URL de la capture, donc sans opérations complexes de téléchargement-édition de l’image-téléversement…

Les outils de liaison de GoogleBooks : à droite, la chaîne pour un lien hypertexte classique ; à gauche, l'outil de capture, qui permet d'illustrer un blog sans importer le moindre fichier (et alourdir son billet !)

Les bibliothèques numériques ne sont pas les seules ressources disponibles sur le web pour un projet comme celui du bog, et le Blogroll en recense d’autres : d’autres répertoires d’ouvrages grammaticaux, des dictionnaires anciens ou historiques des langues étudiées… Le blog devient ainsi à la fois un support de publication et un outil de travail.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.