La marche à l’époque romantique : dépasser les clichés sur le corps littéraire

Mots clés : marche ; corps ; littérature ; tournant des Lumières ; romantisme ; mouvement ; rêverie

Une thèse de littérature sur la marche à pied peut sembler paradoxale. Il n’est qu’à songer à l’image venant à l’esprit de tout un chacun lorsqu’on évoque un « littéraire » : maigre, pâle, le corps voûté sous le poids des livres, inadapté à l’effort. En fait, un corps inexistant. Pourtant, le corps n’est pas absent de la littérature, et il est même le lieu où s’éprouvent les visions du monde des écrivains. Une figure en particulier est centrale, qui permet de questionner l’usage du corps dans la société : celle du marcheur. D’Homère et de l’Ancien Testament à Camus, en passant par Flaubert et Proust, la marche apparaît comme une expérience qui définit la façon dont les personnages se frottent à la réalité. Un moment en particulier se démarque par l’importance qu’il accorde au corps en mouvement : c’est le romantisme, au sens large de la littérature et de la pensée allant de la fin du 18e siècle au milieu du 19e siècle.

 

Rembrandt - Le philosophe en méditation

Rembrandt – Le philosophe en méditation

Bien des écrivains et des philosophes sont encore aujourd’hui les héritiers de la pensée classique, et s’inscrivent dans un dualisme qui sépare l’esprit et le corps. La société dans son ensemble n’est pas sortie d’une représentation très ancienne de l’humain. Si le propre de l’homme est le « cogito ergo sum » cartésien (« je pense donc je suis »), alors ce qui n’est pas la pensée semble indigne, inférieur, inhumain : c’est l’instinct, les sensations, les passions – en un mot, le corps.

Nous présentant avec fierté comme des descendants directs des Lumières, nous préférons donc nous définir par le « cogito », la maîtrise, la pensée pure, le rationalisme, tout ce qui permettrait de dresser ce qui vient de notre corps. Nous oublions ainsi qu’au 18e siècle, les philosophes des Lumières eux-mêmes luttaient contre la vision dualiste cartésienne. Penseurs matérialistes, ils affirmaient l’importance de l’expérience et des sens dans la formation de l’identité. Certains, les sensualistes, allaient même jusqu’à placer la perception sensorielle au fondement de la cognition.

Friedrich - Voyageur contemplant une mer de nuage

Friedrich – Voyageur contemplant une mer de nuages

A la fois mouvement de réaction et héritage de ces philosophies, le romantisme se voit contraint de poser la question du corps. La fin du 18e siècle se trouve dès lors être le moment de passage vers l’appréhension moderne du rapport entre le moi et le corps, ou comme le disaient les philosophes de l’époque, les Idéologues, entre le physique et le moral. Les écrivains découvrent, grâce aux apports récents de la science et de la médecine, une nouvelle propriété de l’homme : la sensibilité, entendue à la fois comme ouverture aux sollicitations extérieures, et saisie des profondeurs de l’intériorité. Or la sensibilité met nécessairement en jeu la perception du corps, qui devient dès lors le fondement de l’identité.

Ainsi l’on est passé au début du 19e siècle de « je pense donc je suis » à « je sens donc je suis ». Le romantisme met en scène des individus en mouvement, confrontés au sublime d’un paysage ou d’une scène historique. Le héros romantique, promeneur mélancolique en proie à la rêverie ou voyageur au pied alerte, traverse la vie en marcheur et éprouve sa sensibilité au contact d’un monde en crise. La rêverie, forme par excellence de l’esthétique romantique, est la coïncidence entre l’activité du corps et celle de l’esprit.

Aussi, bien loin des clichés d’un romantisme désincarné, le motif de la marche nous rappelle que le corps est le lieu d’un renouvellement du rapport au monde au 19e siècle. Cette appréhension, contemporaine de la naissance de l’idée de modernité, a abouti aujourd’hui à une philosophie du « je suis en mouvement donc je suis », qui a laissé derrière elle des penseurs toujours immobilisés dans le « cogito ».

Diaporama Prezi pour résumer ces lignes  :  https://prezi.com/vq5j-ziq6mlk/le-corps-en-mouvement/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.