A propos Mathilde RENAULT-TINACCI

Mathilde RENAULT-TINACCI est chercheuse doctorante en sciences de l'éducation et sociologie politique au centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS), Université René Descartes-Paris 5. Elle travaille sur les processus pédagogiques citoyens et la participation politique dans le milieu associatif. Elle s'intéresse de près à l'open data notamment autour des données associatives.

Le fabuleux destin de l’engagement citoyen

Au-delà des impératifs budgétaires imposés par un contexte économique difficile, une crise politique et citoyenne est régulièrement évoquée en France par les
médias et est présentée comme une évidence par une large partie de l’opinion publique. La défiance à l’égard du politique et des institutions fait norme.
La raréfaction des moyens publics dans certains domaines sensibles et les baisses de financement, notamment dans le monde associatif, viennent
amplifier l’impression des particuliers d’être de moins en moins écoutés, considérés et intégrés au débat public. Dans le même temps, une volonté naît de
la part des citoyens d’être consultés pour tout ce qui a trait à leur environnement.
La notion d’espace public semble se transformer ainsi que celle d’opinion publique. Mais comment qualifier ces nouveaux modèles citoyens, les
définir, les comprendre ? Comment se fait la citoyenneté aujourd’hui notamment chez les jeunes ?

Innocent, quoique bancal, Militant, quoique banal,ce word press tente de faire le tour d’une question de recherche – recherche portée par la Mairie de Paris, l’Université Paris Descartes, et moi-même- qui n’a de limites que dans les seuls faits politiques.

Il est actuellement structuré en trois grandes catégories : les actus ( billets courts et de lecture rapide) , les travaux de recherche poussés, et les réflexions épistémologiques.
A terme celui-ci devrait se munir d’une catégorie événement, et d’une catégorie statistiques ( sous forme de courtes infographies).
Bonne lecture !
Ici_on_s'honore_du_titre_de_citoyen_1799

TD Mouvements et renouveau politique en France: L’association ou le modus vivendi de la démocratie

Dans la continuité de notre séminaire :

« Mouvements et renouveau politique en France ».
et pour vous permettre de vous situer  voici quelques articles( presse généraliste et spécialisée).

Hollande veut défendre les valeurs de la république :

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/attaque-au-siege-de-charlie-hebdo/video-education-hollande-veut-defendre-les-valeurs-de-la-republique_803579.html
Anne Muxel, Les jeunes déçus de la campagne, Le monde

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/04/02/les-jeunes-decus-de-la-campagne_1679310_1471069.html
Balme Richard, Marie Jean-Louis, Rozenberg Olivier, « Les motifs de la confiance (et de la défiance ) politique : intérêt, connaissance et conviction dans les formes du raisonnement politique », Revue internationale de politique comparée 3/2003 (Vol. 10) , p. 433-461

www.cairn.info/revue-internationale-de-politique-comparee-2003-3-page-433.htm.
Citoyenneté et espace public: habitants, jeunes et citoyens dans une ville du nordCollection « Le regard sociologique »Volume 865 de Le regard sociologique, ISSN 1764-9587Sciences sociales

 

Un petit rappel issu de vos cours de lycées :

Qu’est ce qu’être citoyen aujourd’hui de France ? Quelles remises questions subissent aujourd’hui les valeurs républicaines et plus largement la sphère politique institutionnalisée ?Quelles impacts sur le jeune citoyen ?

Avant d’encourager votre analyse, et votre sens de l’argumentation et d’aller plus loin sur l’intérêt que présente un terrain comme celui-ci , nous allons procéder à la lecture de ce petit questionnaire qui vise à déconstruire vos représentations et autres constructions stéréotypées de la notion de citoyenneté.Quiz_pariscitoyen-2

Focus TD1 : L’association ou le modus vivendi de la démocratie

La nature de la relation entre pouvoirs publics et associations semblent ainsi avoir changé : ne se percevant plus comme de réels contre-pouvoirs politiques, elles tentent d’harmoniser la relation entre institutions et habitants tout en tentant d’acquérir une certaine légitimité auprès des pouvoirs publics. L’association s’appuie ainsi sur le lien social qu’elle créée pour investir le politique via un espace public d’expression libre dans une démarche soit complémentaire des initiatives publiques soit protestataire en prônant la prise en compte de nouveaux enjeux : « Je pense qu’on pourrait faire quelque chose avec ces organismes contre l’incivilité. Trouver des solutions avec les élus pour mettre des petites amendes symboliques… » (Francine, présidente, E12/23) Il s’agit de faire intervenir la population du territoire qui serait alors en mesure de reprendre les rênes d’une démocratie dite du local que des élus supposés « trop loin du terrain » ont voulu s’approprier. Une incitation à agir qui s’exerce par une plus grande réflexivité des acteurs sociaux, une prise en compte du paysage local et des valeurs citoyennes : « Je pense que c’est en utilisant les partenaires privés et les habitants là qu’on peut mettre en œuvre une politique.» (Marie-Ange, présidente, E7/23).

Pourtant leur rôle est aujourd’hui encore mal cerné autour des enjeux de citoyenneté.
C’est cette même approche qui permet au mieux le retour à la responsabilisation de l’individu et à sa résilience. L’articulation du rapport et de la valence des individus et du collectif associatif concourent à l’amélioration du quotidien de l’individu. Cette axiologie aux abords psychosociologiques s’exprime dès lors dans un besoin irrépressible de rencontre d’autrui pour une meilleure découverte de soi : « C’est pour ça que je parle d’empowerment : s’il y a un besoin de déclic, c’est la prise de conscience qu’ils peuvent faire, qu’ils ont les compétences» (Marie-Ange, présidente,, E7/23) La disponibilité des individus est aussi une contrainte majeure pour l’association, qu’il s’agisse de ses responsables ou de ses membres : être associatif est donc quoi qu’il en coûte, un choix singulier : « Qu’est-ce que je suis prête à consacrer, quel temps de ma vie je suis prête à consacrer à ça et pourquoi ? Je pense qu’on ne s’engage pas par hasard et qu’on y réfléchi à deux fois. » (Marie-Christine, présidente,, E17/23) Mais que signifie : être en association ? Est-ce faire quelque chose avec les autres ou faire quelque chose pour soi ? Car le choix de donner son temps pour quelque chose est une symbolique à ne pas négliger comme le dit Pierre Périer2: « L’évolution de la société peut se lire à travers de l’évolution de ses temporalités car le temps ordonne la vie sociale, régule les relations entre les membres d’un groupe ». Il s’agit donc par le biais de l’association, d’une appréhension différente des facettes de la vie en général : en proposant une autre façon de vivre une nouvelle temporalité, un nouveau rapport au lieu de vie et de nouvelles sociabilités.