Creuser jusqu’au fond. Notes pour une thèse.

by Francesca Sanna

Main characters

La mine; OST;Bedaux (Charles) ; Bedaux (méthode) ; les mineurs; les ingénieurs .

Random keywords #1

French version

La mine. Le mineur travailleur. Pic, marteau-piqueur. Casque sur la tete, lampe à la main. Pousser, tirer, Suer. Chaleur. Fatigue, effort. Tonnes de charbon, cailloux, pierres et terre. Combien de wagonnets chargés? Chronomètre. Salaire, Sh=60p+ 3/4 p(Bx/h-60), évaluation. Rationalisation, Organisation, Bedaux.

Extraits

Sous terre, le mineur était invisible et, absorbé, “ingurgité” par l’obscurité, habitant ignoré d’une dimension étrangère. Ainsi, la mine fut exclue de la communauté « de la surface », marginalisée dans un univers parallèle, souterrain, invisible, avec ces propres règles et contraintes. De leur côté, les “hommes de la nuit” vivaient leur travail dans une antinomie de survivance: le besoin de travailler pour vivre, mais aussi de fuir pour survivre. Chaque jour, après 10 ou 12 heures au fond, monter dans la cage signifiait être survécus à l’improviste d’un effondrement, à un coup de grisou ou aux blessures de n’importe quel type.
Descendre ou remonter?

Durant l’entre-deux-guerres, la condition du travail minier de Germinal n’avait pas changé: les innovations technologiques avaient du mal à s’imposer et le travail était encore fondé sur l’énergie physique des hommes, dont l’effort soutenait l’avancement du chantier. La mécanisation s’adapta à ce modèle: une rationalisation calibrée sur l’homme, plutôt que sur la machine. Le marteau-piqueur et le chronomètre devinrent alors les outils de cette fièvre d’accélération rationnelle, qui ne modifiait guère la force motrice de la mine, la fatigue humaine.
Abattage au marteau-piqueur

Le système Bedaux propose une rationalisation souple, disposant une augmentation des rendements individuels sans amélioration technologique. La nature de la méthode, concentrée sur l’intensification de l’effort humain, se révéla concorde au modèle de travail minier et, en effet, le Bedaux se développa très vite à la mine. Grâce à ses formes adaptables, décomposables et applicables en phases, il fut accueilli et ré-élaboré comme savoir technique en mouvement. Localement, il était manipulé pour devenir plus conforme aux lieux du travail. La méthode Bedaux est donc un objet-savoir historique complexe, un élément dynamique constitué d’un corpus de parties abstraites (la connaissance théorique) et de parties matérielles (les expériences pratiques d’application).

Random keywords #2

French version

La mine. Danger. Effondrement.Poussière. Grisou. Explosion. Gueules noirs, Pays Noir. France, Nord et Pas de Calais . Sylicosés, épuisés, morts, blessés. Martyrs, résistents. Zone interdite., Bataille du charbon, Grève, 1936, 1941, 1948. Le mineur heroic. Le mineur mythic.
La mine. Nationalisation. Houillères: après nous, le déluge. La crise, le déclin. Démantèlement, désindustrialisation. Plans de requalification. Paperasse, poussière. Mémoire, musées, archives.
Creuser jusqu’au fond (de l’archive)

L’enseignement du français dans les universités soviétiques (1956-1985)

Dès 1956, la coopération linguistique et les échanges des professeurs de langue commencent à se développer entre la France et l’URSS. Qu’est-ce qu’ils apportent à l’enseignement du français dans les universités soviétiques – les nouvelles méthodes, les contacts personnels, la circulation des idées pédagogiques ?

Le bâtiment principal de l'Université de Moscou construit par le pouvoir soviétique en 1953.

Le bâtiment principal de l’Université d’État de Moscou construit en 1953, un des sept gratte-ciel staliniens.

Entre l’histoire de l’enseignement et l’histoire de la coopération linguistique

L’URSS de cette deuxième période soviétique reste un pays gouverné par l’Etat-parti. La culture, les sciences et l’enseignement demeurent des domaines particulièrement surveillés par le pouvoir communiste. La société, malgré l’émancipation progressive après la mort de Staline en 1953, est relativement fermée, les gens ordinaires ne peuvent ni effectuer un voyage en France ni établir les contacts avec des Français. Même si les échanges culturels entre l’Est et l’Ouest existent, l’Union Soviétique reste méfiant par rapport aux pays dits « capitalistes » et tente de limiter leur influence culturelle sur la jeunesse soviétique. Comment les professeurs enseignent-ils la langue française dans le système idéologiquement contrôlé des universités soviétiques dans les conditions de l’antagonisme de deux systèmes politiques – « socialiste » et « capitaliste » ?

Documents, manuels, entretiens avec des professeurs

J’envisage trois champs de recherche qui permettront de mieux comprendre l’histoire de l’enseignement du français en URSS:

  • L’organisation de l’enseignement du français dans les universités soviétiques et les acteurs impliqués – professeurs, étudiants, administrations des établissements d’enseignement supérieur, Ambassade de France en URSS, fonctionnaires du Parti communiste. Quelle était la commande de l’Etat relativement à l’éducation linguistique ? Quelle était la place du français par rapport à l’anglais et à l’allemand – deux autres langues étrangères enseignées dans les universités soviétiques?
  • Les manuels de français. Le but de cette étude est de comprendre l’évolution des démarches pédagogiques en France et en URSS et de saisir l’influence français ou les répliques des manuels français dans les ouvrages soviétiques. Mes analyses me convainquent que le transfert de savoirs existait mais, en même temps, il est possible que je ne trouve aucune trace. Dans ce cas, l’autonomie absolue de deux systèmes d’enseignement sera mise en évidence.
  • Les échanges linguistiques franco-soviétiques et leurs échos dans l’enseignement du français. Ayant déjà travaillé en Master 2 sur les lecteurs et les assistants français en URSS, je me pencherai sur l’étude des lecteurs et des assistants soviétiques qui ont travaillé en France. A la fin de 2013, j’ai eu la possibilité d’interviewer une assistante soviétique. Son témoignage a révélé la vision des mondes soviétique et français de l’époque tout à fait différente de celle des enseignants français en URSS. Les divergences étaient tellement graves et irréconciliables que je qualifierais les deux positions comme des réalités « parallèles ». Est-il le résultat de la propagande, de l’absence de l’information et du « rideau de fer », ou de la réflexion personnelle ? Ces questions ne peuvent être résolues que par le biais des entretiens avec les coopérants soviétiques qui restitueraient la perception de la coopération linguistique du côté soviétique. Ces recherches ouvrent une perspective de l’étude des images et des représentations réciproques concernant la France et l’URSS dans la deuxième moitié du XXème siècle.

Les étudiants soviétiques et le français

Voulez-vous savoir ce que les étudiants soviétiques de l’époque pensaient de la langue française et de l’enseignement du français ?

Dans cette vidéo de 1960, la jeune fille interviewée par Léon ZITRONE parle de ses études, de ses auteurs préférés, de la mode française. Le conseiller culturel de l’Ambassade de France à Moscou Marcel GIRARD évoque les échanges culturels entre la France et l’URSS. Je remercie mon directeur de thèse Madame Sophie COEURE, Professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris 7, spécialiste de l’histoire de l’URSS et des relations culturelles internationales, pour ce lien qui illustre très bien mes recherches.