La marche à l’époque romantique : dépasser les clichés sur le corps littéraire

Mots clés : marche ; corps ; littérature ; tournant des Lumières ; romantisme ; mouvement ; rêverie

Une thèse de littérature sur la marche à pied peut sembler paradoxale. Il n’est qu’à songer à l’image venant à l’esprit de tout un chacun lorsqu’on évoque un « littéraire » : maigre, pâle, le corps voûté sous le poids des livres, inadapté à l’effort. En fait, un corps inexistant. Pourtant, le corps n’est pas absent de la littérature, et il est même le lieu où s’éprouvent les visions du monde des écrivains. Une figure en particulier est centrale, qui permet de questionner l’usage du corps dans la société : celle du marcheur. D’Homère et de l’Ancien Testament à Camus, en passant par Flaubert et Proust, la marche apparaît comme une expérience qui définit la façon dont les personnages se frottent à la réalité. Un moment en particulier se démarque par l’importance qu’il accorde au corps en mouvement : c’est le romantisme, au sens large de la littérature et de la pensée allant de la fin du 18e siècle au milieu du 19e siècle.

 

Rembrandt - Le philosophe en méditation

Rembrandt – Le philosophe en méditation

Bien des écrivains et des philosophes sont encore aujourd’hui les héritiers de la pensée classique, et s’inscrivent dans un dualisme qui sépare l’esprit et le corps. La société dans son ensemble n’est pas sortie d’une représentation très ancienne de l’humain. Si le propre de l’homme est le « cogito ergo sum » cartésien (« je pense donc je suis »), alors ce qui n’est pas la pensée semble indigne, inférieur, inhumain : c’est l’instinct, les sensations, les passions – en un mot, le corps.

Nous présentant avec fierté comme des descendants directs des Lumières, nous préférons donc nous définir par le « cogito », la maîtrise, la pensée pure, le rationalisme, tout ce qui permettrait de dresser ce qui vient de notre corps. Nous oublions ainsi qu’au 18e siècle, les philosophes des Lumières eux-mêmes luttaient contre la vision dualiste cartésienne. Penseurs matérialistes, ils affirmaient l’importance de l’expérience et des sens dans la formation de l’identité. Certains, les sensualistes, allaient même jusqu’à placer la perception sensorielle au fondement de la cognition.

Friedrich - Voyageur contemplant une mer de nuage

Friedrich – Voyageur contemplant une mer de nuages

A la fois mouvement de réaction et héritage de ces philosophies, le romantisme se voit contraint de poser la question du corps. La fin du 18e siècle se trouve dès lors être le moment de passage vers l’appréhension moderne du rapport entre le moi et le corps, ou comme le disaient les philosophes de l’époque, les Idéologues, entre le physique et le moral. Les écrivains découvrent, grâce aux apports récents de la science et de la médecine, une nouvelle propriété de l’homme : la sensibilité, entendue à la fois comme ouverture aux sollicitations extérieures, et saisie des profondeurs de l’intériorité. Or la sensibilité met nécessairement en jeu la perception du corps, qui devient dès lors le fondement de l’identité.

Ainsi l’on est passé au début du 19e siècle de « je pense donc je suis » à « je sens donc je suis ». Le romantisme met en scène des individus en mouvement, confrontés au sublime d’un paysage ou d’une scène historique. Le héros romantique, promeneur mélancolique en proie à la rêverie ou voyageur au pied alerte, traverse la vie en marcheur et éprouve sa sensibilité au contact d’un monde en crise. La rêverie, forme par excellence de l’esthétique romantique, est la coïncidence entre l’activité du corps et celle de l’esprit.

Aussi, bien loin des clichés d’un romantisme désincarné, le motif de la marche nous rappelle que le corps est le lieu d’un renouvellement du rapport au monde au 19e siècle. Cette appréhension, contemporaine de la naissance de l’idée de modernité, a abouti aujourd’hui à une philosophie du « je suis en mouvement donc je suis », qui a laissé derrière elle des penseurs toujours immobilisés dans le « cogito ».

Diaporama Prezi pour résumer ces lignes  :  https://prezi.com/vq5j-ziq6mlk/le-corps-en-mouvement/

Washington goes Pop, or Public Diplomacy à la Americaine

What is the connection between art and diplomacy?
What do museums and embassies have in common?

These are the two research questions that I ask in my PhD thesis. In my work I trace the evolution of the concepts of ‘(new) public diplomacy’ and ‘cultural diplomacy’ as applied to the U.S. foreign policy discourse from the 1960-s till today’s time. I argue that American Pop Art has historically been used by the U.S. political elites as a diplomatic instrument. This usage took two forms: either the form of public diplomacy (to show the ideological value of Pop Art) or the form of cultural diplomacy (to demonstrate the cultural value of Pop Art). My thesis examines both forms of interaction between American Pop Art and U.S. foreign policy and concludes that such a dual relationship has secured American ‘soft power’ abroad and contributed to strengthening U.S. leadership worldwide. I employ a variety of research methods, such as network analysis, process tracing and comparison. On the whole, the thesis follows the logic of Sociology of International Relations, thus defining the state and non-state actors involved in the above-mentioned process of interaction, as well as their instruments, their objectives and their power. The aim of my research is to highlight the role of cultural industries in U.S. foreign policy in general and to show the importance of visual arts to U.S. diplomatic milieu in particular.

Jimmy_Carter_Andy_Warhol_1977

Andy Warhol and Jimmy Carter in 1977.

 

Sketchnoting

Sketchnoting pour les nuls

« Comment prendre des notes visuelles avec la technique sketchnoting ».

A la suite de l’atelier webinar, nous avons réalisé une affiche synthétique afin de cerner l’intérêt de cette technique. Nous l’avons intitulée :  Sketchnoting pour les nuls.

Participantes : Elena, Rania, Manuela.

Première journée, le 8 février

Le certificat de compétences numériques (CCN) démarre par les présentations des organisatrices et des doctorant-es :

L’après-midi, les doctorants travaillent en groupe projet. Impressions.

En venant à ce cycle de séminaire, il ne faut pas attendre un cours magistral et être prêt à prendre les notes uniquement. C’est un laboratoire, si on peut le dire, qui prévoit un travail mutuel, un échange, un partage des savoirs. Nous ne sommes plus dans la relation « professeur-étudiant » mais plutôt dans la collaboration. En partageant l’expérience personnelle, chacun contribue au résultat global.
Lors de notre session d’aujourd’hui, nous avons travaillé dans de petits groupes de 3-4 personnes sur des sujets différents mais ayant un fil conducteur – les outils numériques. A la fin de la journée, chaque groupe à proposé un plan argumenté pour organiser et optimiser le travail selon différents axes, par exemple, organisation d’un séminaire, travail sur un projet PRO, recherche des données.
Le coordinateur (animateur) du séminaire, Evelyne Jardin, faisant des résumés des projets présentés, a essayé de les compléter par des remarques, en soulignant des avantages et des inconvénients du projets et, notamment, des outils numériques proposés.
La première journée terminée : nouvelles connaissances, nouvelles rencontres professionnelles, nouvelles expériences.
Et oui, la première journée est déjà terminée.

Tous les blogs créés par les doctorants du CCN

Voici la liste des blogs créés par les doctorant-es de la cuvée 2015 du CCN.
Bravo pour le boulot accompli en si peu de temps.

  • Citoyenneté et identité européenne, par Elise Conan, doctorante à l’université Paris 3 au sein du laboratoire Intégration et Coopération dans l’Espace Européen depuis 2014, elle travaille sur la construction d’une identité européenne par les voies des politiques culturelles et éducatives.
    -> Sa présentation sur ce blog
  • Le fabuleux destin de l’engagement citoyen, par Mathilde RENAULT-TINACCI, chercheuse doctorante en sciences de l’éducation et sociologie politique au centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS) à l’université René Descartes-Paris 5. Elle travaille sur les processus pédagogiques citoyens et la participation politique dans le milieu associatif. Elle s’intéresse de près à l’open data notamment autour des données associatives.
    -> Sa présentation sur ce blog
  • Where’s the Last Speaker, par un doctorant à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO).
    -> Sa présentation sur ce blog
  • Le 3e bonhomme, par une doctorante gourmande de spectacles vivants qui les commente avec des dessins.
  • Crystal psygnifiant, par Miguel Sierra Rubio doctorant de l’université Paris 7.
    -> Sa présentation sur ce blog
  • VulgAddiCt, un carnet sur la vulgarisation dans le domaine des addictions, par Hèlène. -> Sa présentation sur ce blog
  • Le triathlon en folie, par un doctorant-chercheur en physiologie à l’Université Paris 13.
    -> Sa présentation sur ce blog
  • UnionDsecrets, un blog philanthropique qui ouvrira ses colonnes cet été.
  • Polyglossies18, un blog sur les méthodes de langue au 18e siècle, concocté en duo par des doctorants en littérature.
    -> Leur présentation sur ce blog
  • ArchiBibli, un blog sur les bibliothèques animé par un quatuor de doctorant-es fréquentant assidûment de nombreuses bibliothèques parisiennes.
    -> Leur présentation sur ce blog
  • MetricofScience, un blog de vulgarisation de l’astrophysique avec des dessins originaux faits main par un doctorant en astrophysique à l’université Paris 7.
    -> Sa présentation sur ce blog