Creuser jusqu’au fond. Notes pour une thèse.

by Francesca Sanna

Main characters

La mine; OST;Bedaux (Charles) ; Bedaux (méthode) ; les mineurs; les ingénieurs .

Random keywords #1

French version

La mine. Le mineur travailleur. Pic, marteau-piqueur. Casque sur la tete, lampe à la main. Pousser, tirer, Suer. Chaleur. Fatigue, effort. Tonnes de charbon, cailloux, pierres et terre. Combien de wagonnets chargés? Chronomètre. Salaire, Sh=60p+ 3/4 p(Bx/h-60), évaluation. Rationalisation, Organisation, Bedaux.

Extraits

Sous terre, le mineur était invisible et, absorbé, “ingurgité” par l’obscurité, habitant ignoré d’une dimension étrangère. Ainsi, la mine fut exclue de la communauté « de la surface », marginalisée dans un univers parallèle, souterrain, invisible, avec ces propres règles et contraintes. De leur côté, les “hommes de la nuit” vivaient leur travail dans une antinomie de survivance: le besoin de travailler pour vivre, mais aussi de fuir pour survivre. Chaque jour, après 10 ou 12 heures au fond, monter dans la cage signifiait être survécus à l’improviste d’un effondrement, à un coup de grisou ou aux blessures de n’importe quel type.
Descendre ou remonter?

Durant l’entre-deux-guerres, la condition du travail minier de Germinal n’avait pas changé: les innovations technologiques avaient du mal à s’imposer et le travail était encore fondé sur l’énergie physique des hommes, dont l’effort soutenait l’avancement du chantier. La mécanisation s’adapta à ce modèle: une rationalisation calibrée sur l’homme, plutôt que sur la machine. Le marteau-piqueur et le chronomètre devinrent alors les outils de cette fièvre d’accélération rationnelle, qui ne modifiait guère la force motrice de la mine, la fatigue humaine.
Abattage au marteau-piqueur

Le système Bedaux propose une rationalisation souple, disposant une augmentation des rendements individuels sans amélioration technologique. La nature de la méthode, concentrée sur l’intensification de l’effort humain, se révéla concorde au modèle de travail minier et, en effet, le Bedaux se développa très vite à la mine. Grâce à ses formes adaptables, décomposables et applicables en phases, il fut accueilli et ré-élaboré comme savoir technique en mouvement. Localement, il était manipulé pour devenir plus conforme aux lieux du travail. La méthode Bedaux est donc un objet-savoir historique complexe, un élément dynamique constitué d’un corpus de parties abstraites (la connaissance théorique) et de parties matérielles (les expériences pratiques d’application).

Random keywords #2

French version

La mine. Danger. Effondrement.Poussière. Grisou. Explosion. Gueules noirs, Pays Noir. France, Nord et Pas de Calais . Sylicosés, épuisés, morts, blessés. Martyrs, résistents. Zone interdite., Bataille du charbon, Grève, 1936, 1941, 1948. Le mineur heroic. Le mineur mythic.
La mine. Nationalisation. Houillères: après nous, le déluge. La crise, le déclin. Démantèlement, désindustrialisation. Plans de requalification. Paperasse, poussière. Mémoire, musées, archives.
Creuser jusqu’au fond (de l’archive)

Mixité ou coéducation dans l’enseignement secondaire en France (1920-1976)

Des filles et des garçons en classe des élèves de Seconde en 1945-1946 au collège communal de Carpentras (Vaucluse). Coenseignement plutôt que coéducation. Une forme de mixité.


Des filles chez les garçons – 1945-1946              source privée : A. Ughetto

Un sujet de thèse entre histoire et sciences de l’éducation. On peut parler d’histoire de l’éducation

A l’école, les filles et les garçons devaient être séparés. C’était la norme. Mais, dans les faits, la mixité s’est organisée et s’est expérimentée depuis la fin de la Première Guerre mondiale.

Ce sujet de thèse s’est imposé lorsque, en travaillant avec des chercheuses en sciences de l’éducation, il m’est apparu que l’histoire de la mixité dans l’enseignement secondaire n’avait pas encore trouvé d’auteur-e-s. Et puis, à l’occasion d’une rencontre  avec un ancien élève d’un petit collège du Vaucluse j’ai réalisé que des filles, assez nombreuses, s’étaient assises à côté des garçons pour prolonger leurs études et s’ouvrir les portes des études supérieures, et ce dès la fin des années trente.

Les questionnements

Pour les jeunes adolescent.e.s faisant des études secondaires la mixité scolaire pose-t-elle  problème ? Est-ce un atout éducatif  ou bien un aménagement économique ? Doit-on parler de mixité ou de coéducation ? Ces questions sont au cœur d’une révolution pédagogique dont la mise en œuvre est loin d’être linéaire. En effet, chaque élève a pu vivre des épisodes de sa scolarité en classe mixte et en classe non mixte avant 1976. Tout dépendait des circonstances, les lieux, des âges des élèves, des niveaux scolaires. Car depuis la Première Guerre mondiale un processus est en marche qui accompagne les mutations de la société française.

Les évolutions du processus de mixité

Comme de plus en plus de filles font des études secondaires, elles sont admises dans des établissements de garçons dès l’entre-deux-guerrespour préparer le baccalauréat ou suivre des classes préparatoires. Avec le baby-boom des Trente Glorieuse il faut réorganiser le système scolaire avec des moyens financiers contraints ce qui incite à créer des établissements mixtes. La société se libère peu à peu des principes de régulation morale véhiculés par les croyances religieuses. La mixité scolaire n’apparait plus comme un problème ni un danger. Il n’empêche que certain-e-s n’ont pas cessé de douter du bien fondé d’une telle pratique éducative qui exposait les jeunes des deux sexes à se côtoyer au risque de perdre leur féminité, leur masculinité et leur virginité !

Depuis mon enquête a bien progressé pour réaliser que de nombreux établissements masculins ont ouvert leurs portes aux « jeunes filles » car les filles sont toujours qualifiées de « jeunes » lorsqu’on parle d’elles. Dans l’entre-deux-guerres des ministères ont encadré, autorisé  par circulaires et même organisé une enquête en 1932 pour évaluer la situation de ce que l’on appelait coéducation.

1932 Filles CPGE chez Gars 2A partir de données diverses et croisées je tente de faire la cartographie de l’implantation des établissements qui se sont ouverts aux filles.

Cette carte n’est qu’un exemple partiel car elle concerne uniquement les lycées d’État (124 lycées en 1932). Et elle ne montre pas tous les établissement gérés par les municipalités que sont les collèges municipaux. Ils couvrent l’ensemble du territoire dans les  villes plus petites en offrant une scolarité de la 11ème aux classes terminales (Math-élème et philo.). Au début des années 1930 je démontre que près de 45 % des établissements pratiquent le mélange des filles et des garçons dans quelques classes.

Après la Seconde Guerre mondiale l’élève est un individu très neutralisé parce que l’usage du « masculin neutre » fait inconsciemment disparaitre les filles qui sont aussi des élèves à part entière mais invisibles et invisibilisées. ( Voir article G. Pezeu « On ne nait pas élève on le devient » , Éducation et Devenir, n° 2015-25 – Octobre 2015 http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article1527 )

Où en est-on avec la question de la mixité à l’école dans les années soixante alors que les mutations sociales sont en gestation ? Autorisée ? Généralisée ? En fait il n’y a pas de règle. Il n’empêche qu’un processus est en marche avec une banalisation des pratiques qui explique l’impensé de la mixité. Cette question n’a finalement pas provoqué de débat publique, ni d’oppositions fortes, ni de réclamations pressentes.

Cependant, dans le contexte de la massification et de la multiplication des établissements secondaires, alors que naissent les Sciences de l’éducation au sein de l’Université (1967) certain.e.s s’interrogent. Quelques pédagogues, psychologues, médecins et le clergé catholique questionnent la mixité en tant que pratique pour l’apprentissage de la vie en société et comme pratique qui doit répondre à des apprentissages scolaires. Est-ce qu’« apprendre ensemble » a des effets particuliers sur le plan pédagogique ? Quels sont les atouts et les inconvénients de la mixité dans les apprentissages des filles et des garçons ? Si des réserves ou des contestations sont émises, elles concernent essentiellement les jeunes à l’âge de l’adolescence et puberté. Notamment vis à vis des filles qu’il faut, soit protéger des risques d’une sexualité précoce, soit empêcher de divertir les garçons. En contre partie lorsque la mixité est valorisée, les arguments vont en faveur des garçons. Le côtoiement de l’autre sexe leur permettrait de maitriser davantage leurs comportements tout en éveillant une forme de compétition intellectuelle vis à vis des filles dont ils ne peuvent en tirer que les bénéfices et confirmer leur rôle en tant que futurs adultes.

L’histoire de la mixité n’est pas seulement l’histoire de l’éducation des filles, c’est aussi l’histoire du lien que la société assigne aux rapports sociaux de sexes. C’est l’histoire des filles et des garçons éduqués dans un lieu commun, avec des programmes éducatifs équivalents.

État de la recherche

La sociologie et les sciences de l’éducation ont étudié les effets de la mixité dans le cadre d’une problématique liée à l’égalité des chances.Article_n°5 _1968_Classe mixte_Nicole PAGES_p 15-2

Le travail de thèse que nous entendons réaliser est fondé sur des sources historiques pour comprendre les enjeux de la mixité et l’évolution des représentations qui lui sont liées durant cette période essentielle. C’est aussi le moyen d’historiciser le statut de l’élève.

Les bornes chronologiques propose de partir des discussions qui animent les débats du Conseil supérieur de l’instruction publique (CSIP) au cours de la Première Guerre mondiale jusqu’à celles qui nourrissent les réflexions du ministère de Éducation nationale à la fin des années 1960 jusqu’à la réforme Haby de 1975.

Les objectifs des axes de recherches

Trois axes principaux de recherche.

  • Un premier consiste à analyser comment l’Etat, les municipalités et les établissements ont mis en place la mixité des sexes dans les cycles de l’enseignement secondaire.
  • Le second axe tente de voir comment la société en mutation a posé un nouveau regard sur l’éducation et donc sur l’idée de mixité des sexes, ce qui nous permet de travailler aussi sur les résistances qui se sont exprimées au cours de la période étudiée.
  • Le troisième axe montre la manière dont les élèves et les familles, les professionnel-le-s de l’éducation, les cadres sociaux ont perçu, vécu et surtout mis en pratique cette organisation scolaire nouvelle lorsqu’elle s’est imposée à eux ou à elles.

Mots clefs

histoire, vingtième siècle, éducation, enseignement, secondaire, école, lycée, collège, mixité, coéducation, co-instruction, co-enseignement, filles, garçons, mélange, société, géographie, genre.

 

Ma directrice de thèse : Madame Rebecca Rogers, d’origine franco-américaine, travaille sur l’histoire de l’éducation des filles depuis trente ans. Ses publications portent, sur l’éducation des filles en France  et dans les colonies, sur la mixité et sur l’historiographie dans le domaine de l’histoire des femmes et de l’histoire de l’éducation. Actuellement elle poursuit des recherches en deux directions : sur la présence des femmes dans les expositions universelles et leur engagement dans le projet impérial français.

Mon université : Parlogois 5 Descartes,  http://www.parisdescartes.fr/

Mon laboratoirehttp://www.cerlis.eu/Cerlis

       Centre de recherche sur les liens sociaux,

Bibliographie :

Prost, Antoine, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France depuis 1930. L’école et la famille dans une société en mutation, Vol. 4, Tempus, Paris, Perrin, 2004.

Rogers, Rebecca, La mixité dans l’éducation, Enjeux passés et présents, Lyon, Sociétés, espaces, temps, ENS, 2004.

Thébaud, Françoise, Zancarini-Fournel Michelle (dirs.), Coéducation et mixité, Clio Histoire femmes et Sociétés, Vol. 18, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2003.

Biographie : Geneviève Pezeu
Agrégée d’histoire – Coordinatrice de recherche, de projet et ingénierie de formation  – Consultante, formatrice à l’égalité et à la citoyenneté.
Chercheure-doctorante au CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux- Paris Descartes-CNRS- Université́ Paris 5) sous la direction de Rebecca Rogers, Université Paris-Descartes, Sorbonne Paris Cité.
Sujet de thèse (ED 180) : « La mixité des sexes dans les établissements scolaires du secondaire, de la Première Guerre mondiale jusqu’au début des années soixante, en France. ».
Elle est l’auteure en collaboration de :
  • Éduquer par la diversité en Europe, Paris, l’Harmattan, 2010.
  • Le genre dans l’enseignement supérieur et la recherche, Anef, La Dispute, 2014.
  • « On ne nait pas élève, on le devient », Éducation et Devenir, n° 2015-25 – Octobre 2015
  • « Des filles chez les garçons, les prémisses de la mixité dans l’enseignement secondaire en France à partir des années 1920 », Transverse éducation / culture, Sexes et éducation, 2015.

couv_transverse-1 couv_transverse

Kit de démarrage de la thèse

Vous souhaitez démarrer votre thèse sur des bons rails, n’est-ce pas? Alors, précipitez-vous à cette journée de présentation organisée par Marie-Anne Paveau, co-coordinatrice du Certificat de Compétences Numériques (CCN).

Tout le programme est en ligne sur le blog Discdoct -> à fréquenter!

Attention ! Inscription obligatoire : formations-ecoledoc@univ-paris13.fr

Rendez-vous vendredi 22 janvier 2016, amphi 5, Université Paris 13 à Villetaneuse. Vous pourrez vous mettre en jambe avec la présentation de Caroline Muller « Outils numériques et doctorat ».

Traces de la table-ronde « Ethique et économie de l’Internet »

Pour la 1re session 2015 du CCN, Mélodie Faury et Francesca Musiani ont brillamment animé la table-ronde « Ethique et économie de l’Internet », le 10 février 2015. Voici leur présentation et quelques échanges sur Twitter pendant et après la table-ronde.

Diaporama de Mélodie

Diaporama de Francesca Musiani, présentation (PDF)
L’intégralité des échanges sur Twitter -> c’est par ici

Après la table-ronde, de l’intérêt de déposer sa thèse dans HAL => beaucoup plus de téléchargements, assure Mélodie en prenant appui sur son exemple.

Mais quelques doutes quant à l’enthousiasme de tous les doctorant-es…