Raj Kapoor : un réalisateur qui a dominé le cinéma indien pendant quarante ans

Cette thèse de Jitka de Préval (en cours depuis 2012) permet d’éclairer l’œuvre d’un grand cinéaste indien, méconnu du public français. Raj Kapoor (1924-1988), réalisateur, producteur et acteur, est de ceux dont l’œuvre offre un univers riche. Bien que souvent étudié par les chercheurs anglo-saxons, il n’a pas livré tous ses secrets. Sa filmographie rassemble quelques uns des plus beaux mélodrames du cinéma populaire hindi, dans lesquels on retrouve des personnages attachants, des mélodies, danses et chants envoutants qui ont séduit des générations de spectateurs. Proches du peuple, ces mélodrames révèlent un phénomène présent dans différentes situations et sous différents aspects : le sentiment d’incompréhension.

Le mélodrame de l’incompréhension

La photo taille réelle de Raj Kapoor devant sa maison natale de Peshawar

Raj Kapoor devant sa maison natale de Peshawar

Ce travail de recherche, inspiré par la lecture de Stanley Cavell, en particulier par celle de son ouvrage traitant du mélodrame de la femme inconnue[1], se donne pour but de montrer que les mélodrames de Kapoor sont porteurs d’un concept particulier qui les unit et les définit comme un genre cinématographique propre : le mélodrame de l’incompréhension. La double dynamique qui motive la création cinématographique de Kapoor, à savoir plaire aux masses populaires autant qu’à l’élite intellectuelle locale et étrangère, est à la base du sentiment d’incompréhension qu’il manifeste tout au long de sa vie. En 1958, il confie à la presse : « Je déteste l’incompréhension – ce qui est compréhensible car toute ma vie j’ai été l’homme le plus mal compris[2] ». Ce sentiment qu’exprime le cinéaste est aussi bien son fer de lance, que le bouclier de ses personnages : ces derniers font souvent preuve, lorsqu’ils agissent, de l’aveuglement le plus complet ; cependant, ils prennent une posture d’incompris afin de pouvoir nier la réalité à laquelle ils sont confrontés, et se réfugient derrière ce sentiment, qui devient alors l’expression de leur mauvaise foi.

 Le héros aveugle

La filmographie de Kapoor (qui compte soixante-cinq films) est traversée par une réflexion socio-philosophique sur la société en mutation et sur l’incompréhension qui découle de ce changement. Nous constatons que l’élément le plus significatif du mélodrame de l’incompréhension est la figure[3] du héros aveugle ou mutique. Le personnage paradigmatique, blind lover [amoureux aveugle] selon Madhava Prasad[4], n’est aveugle, dans les films de notre corpus, qu’au sens figuré. Il est en quelque sorte un révélateur qui fonctionne à l’instar de l’aveugle de Diderot, comme « figure heuristique aussi bien de l’activité psychique et sensitive que du statut du monde ainsi saisi »[5].

 L’incompréhension du fait de difficultés à communiquer

S’appuyant sur la poétique du mélodrame[6], Kapoor multiplie la présence métaphorique du héros aveugle qui pointe la difficulté ou l’impossibilité de communiquer et fait grief à la société de ne pas le comprendre. Inscrivant sa souffrance dans un contexte plus large, le mélodrame dépasse les frontières du drame intimiste pour l’élever au niveau du peuple ou de la nation. Pour amplifier ce phénomène, le héros aveugle kapoorien revêt les attributs du « simple » ou du « naïf »  qui exprime directement ses émotions, étant libéré des conventions ou de l’embarras. Sa simplicité et sa sincérité permettent d’introduire une légèreté dans les situations les plus graves, survenues, par exemple, à la suite de malentendus. Ce qui rend cela possible, c’est le caractère pour ainsi dire « hétéroclite » du mélodrame, qui permet l’incursion du comique ou du lyrique dans l’histoire filmique, comme nous le voyons, par exemple, dans les films Andaz [Mœurs modernes, Misunderstanding] Mehboob Khan, 1949 et Sangam [Confluent] Raj Kapoor, 1964.

Si nombre de mélodrames kapooriens mettent en scène un ou plusieurs personnages paradigmatiques (héros ou héroïne aveugles), il en existe cependant quatre, tous réalisés et interprétés par Raj Kapoor, auxquels il faut accorder une attention particulière ; dans ces films, se multiplient de façon notable les situations d’incompréhension, de malentendu, de méprise, d’ignorance, de confusion, etc. à tel point qu’elles paraissent très clairement représenter des éléments structurels marqués par la réflexion de Kapoor sur l’incompréhension : il s’agit d’Aag (1949), Sangam (1964), Mera Naam Joker (1970) et Ram Teri Ganga Maili (1985).

 La communication parallèle: la séquence musicale

Dans le mélodrame indien, la fonction de l’appareil lyrique (musique, chant, danse) concentré dans la séquence musicale est fondamentale, souvent pensée en amont du tournage, parfois même avant l’écriture du scénario. La séquence musicale est la colonne vertébrale des films de Kapoor et peut s’assimiler à un discours parallèle, en ce sens qu’elle crée un espace où « l’indicible peut s’exprimer », selon l’expression d’Anna Morcom. Organiquement intégrée dans le récit, elle permet de passer d’un univers à l’autre, du rêve à la réalité diégétique du film. Souvent, elle donne la clé qui permet de pénétrer dans l’espace mental des personnages, et de comprendre leurs réactions – ou leur absence de réaction quand les situations paraissent en mériter. Par ailleurs, la séquence musicale est la clé du succès des films de Kapoor et la marque de reconnaissance de son style.

[1] La réflexion cavellienne sur le mélodrame, rassemblée dans les ouvrages À la recherche du bonheur et La protestation des larmes, aboutit à définir un genre de mélodrame particulier : le mélodrame de la femme inconnue. Sa méthode consiste à rechercher des points de parenté (psychologiques, sociologiques, philosophiques, culturels) dans les films choisis parmi ceux qui présentent les mêmes caractéristiques formelles.

[2] Raj Kapoor, « Likes and Dislikes », Filmfare, 15 août 1958. Sur la relation de Kapoor et de la presse cinématographique indienne voir http://cms.kinetraces.fr/index.php/fr/editions, Filmfare et Raj Kapoor : complicité ou dépendance mutuelle ? Étude de cas (presse indienne), par Jitka de Préval.

[3] Par « figure » nous entendons « personne caractéristique représentée par l’imagination », c’est-à-dire « personnage typique d’une œuvre littéraire, ou type humain créé par la tradition populaire » mais aussi « être ou concept, personnifié, qu’on se représente sous une forme humaine plus ou moins nettement caractérisée ». (http://www.cnrtl.fr/definition/figure).

[4] Voir Madhava Prasad, Ideology of the Hindi Film. A Historical Construction, Delhi : Oxford University Press, (1998) 2000.

[5] Dans la Lettre sur les aveugles, Diderot démontre, à partir d’une expérimentation réelle, que les sens (les yeux) ne suffisent pas pour voir car ils ne sont pas « une source pure de connaissance ». Sur ce sujet voir Katia Genel, « La lettre sur les aveugles de Diderot : l’expérience esthétique comme expérience critique », Le Philosophoire 3/2003 (n°21), pp. 87-112, URL : www.cairn.info/revue-le-philosophoire-2003-3-page-87.htm

[6] Le mélodrame, défini par Peter Brooks comme mode de l’excès se sert, pour construire “son” monde, entre autres, des oppositions manichéennes, polarisation des valeurs et choix moraux, triangulations interpersonnelles liées par des pactes, secrets de famille et vœux tacites. Il privilégie les situations de crises et les mises en scène stylistiquement expressives pour amplifier la charge émotionnelle… Sur le mélodrame voir les ouvrages de Peter Brooks, Jacques Goimard, Jean-Loup Bourget, François Zamour, etc.


2 réflexions au sujet de « Raj Kapoor : un réalisateur qui a dominé le cinéma indien pendant quarante ans »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.