Le fabuleux destin de l’engagement citoyen

Au-delà des impératifs budgétaires imposés par un contexte économique difficile, une crise politique et citoyenne est régulièrement évoquée en France par les
médias et est présentée comme une évidence par une large partie de l’opinion publique. La défiance à l’égard du politique et des institutions fait norme.
La raréfaction des moyens publics dans certains domaines sensibles et les baisses de financement, notamment dans le monde associatif, viennent
amplifier l’impression des particuliers d’être de moins en moins écoutés, considérés et intégrés au débat public. Dans le même temps, une volonté naît de
la part des citoyens d’être consultés pour tout ce qui a trait à leur environnement.
La notion d’espace public semble se transformer ainsi que celle d’opinion publique. Mais comment qualifier ces nouveaux modèles citoyens, les
définir, les comprendre ? Comment se fait la citoyenneté aujourd’hui notamment chez les jeunes ?

Innocent, quoique bancal, Militant, quoique banal,ce word press tente de faire le tour d’une question de recherche – recherche portée par la Mairie de Paris, l’Université Paris Descartes, et moi-même- qui n’a de limites que dans les seuls faits politiques.

Il est actuellement structuré en trois grandes catégories : les actus ( billets courts et de lecture rapide) , les travaux de recherche poussés, et les réflexions épistémologiques.
A terme celui-ci devrait se munir d’une catégorie événement, et d’une catégorie statistiques ( sous forme de courtes infographies).
Bonne lecture !
Ici_on_s'honore_du_titre_de_citoyen_1799

Identité et citoyenneté européenne (blog)

L’Europe vit aujourd’hui une crise existentielle de grande ampleur.
Les raisons sont nombreuses et les médias tout comme les responsables politiques des différents Etats membres ne cessent de la diaboliser. Les citoyens se désintéressent de plus en plus de cette Europe qui leur semble éloignée et à laquelle ils ne comprennent, pour la plupart, pas grand-chose. En atteste le pourcentage d’abstention aux dernières élections européennes.
« Malgré le poids croissant de l’UE et la place importante que prennent parfois les questions européennes dans les débats politiques intérieurs, l’énorme majorité des populations des pays membres de l’UE ne se considèrent pas prioritairement comme des Européens »[1].

Les causes principales de ce désintérêt sont la profonde méconnaissance du fonctionnement de l’Union européenne et l’absence de sentiment d’appartenance commune qui permettrait le développement d’une identité européenne et d’un éveil civique.

Doctorante à Paris 3 au sein du laboratoire Intégration et Coopération dans l’Espace Européen depuis 2014, je travaille sur la construction d’une identité européenne par les voies des politiques culturelles et éducatives.
Ce blog est destiné à tous les curieux, europhiles ou pas, qui souhaitent en savoir davantage sur les questions d’identité et de citoyenneté européennes.
Le débat est permis (et souhaitable !) autour de ces questions qui sont loin de faire consensus.

 

blog Elise Conan

 

https://eliseconan.wordpress.com/ 

 

[1] Céline Belot et Isabelle Guinaudeau, « Les Européens et l’Europe. De l’identification aux craintes », Futuribles, n°395 juillet-août, 2013. P. 84