J-15 avant la dernière session du certificat

Mis en avant

Il vous reste 15 jours pour terminer/peaufiner votre présence numérique : LinkedIn, billet de blog, compte Twitter… tout est permis!

N’oubliez pas la p’tite infographie/carte heuristique/diaporama pour agrémenter le tout.

RDV lundi 30 mai à 9h30, même salle

Programme
9h30 – 10h45 Quizz
Pause café
11h – 12h30 Présentation de votre présence numérique en 5 minutes MAX! Merci de bien vouloir respecter ce temps de parole
Pause déjeuner
13h30-15h30 Echanges autour de la présence numérique avec Marie-Claire Placial, Juliette Lancel, Tristan Dequaire -> leur présentation sur Les intervenants 2016. Débat animé par Marie-Anne Paveau

Creuser jusqu’au fond. Notes pour une thèse.

by Francesca Sanna

Main characters

La mine; OST;Bedaux (Charles) ; Bedaux (méthode) ; les mineurs; les ingénieurs .

Random keywords #1

French version

La mine. Le mineur travailleur. Pic, marteau-piqueur. Casque sur la tete, lampe à la main. Pousser, tirer, Suer. Chaleur. Fatigue, effort. Tonnes de charbon, cailloux, pierres et terre. Combien de wagonnets chargés? Chronomètre. Salaire, Sh=60p+ 3/4 p(Bx/h-60), évaluation. Rationalisation, Organisation, Bedaux.

Extraits

Sous terre, le mineur était invisible et, absorbé, “ingurgité” par l’obscurité, habitant ignoré d’une dimension étrangère. Ainsi, la mine fut exclue de la communauté « de la surface », marginalisée dans un univers parallèle, souterrain, invisible, avec ces propres règles et contraintes. De leur côté, les “hommes de la nuit” vivaient leur travail dans une antinomie de survivance: le besoin de travailler pour vivre, mais aussi de fuir pour survivre. Chaque jour, après 10 ou 12 heures au fond, monter dans la cage signifiait être survécus à l’improviste d’un effondrement, à un coup de grisou ou aux blessures de n’importe quel type.
Descendre ou remonter?

Durant l’entre-deux-guerres, la condition du travail minier de Germinal n’avait pas changé: les innovations technologiques avaient du mal à s’imposer et le travail était encore fondé sur l’énergie physique des hommes, dont l’effort soutenait l’avancement du chantier. La mécanisation s’adapta à ce modèle: une rationalisation calibrée sur l’homme, plutôt que sur la machine. Le marteau-piqueur et le chronomètre devinrent alors les outils de cette fièvre d’accélération rationnelle, qui ne modifiait guère la force motrice de la mine, la fatigue humaine.
Abattage au marteau-piqueur

Le système Bedaux propose une rationalisation souple, disposant une augmentation des rendements individuels sans amélioration technologique. La nature de la méthode, concentrée sur l’intensification de l’effort humain, se révéla concorde au modèle de travail minier et, en effet, le Bedaux se développa très vite à la mine. Grâce à ses formes adaptables, décomposables et applicables en phases, il fut accueilli et ré-élaboré comme savoir technique en mouvement. Localement, il était manipulé pour devenir plus conforme aux lieux du travail. La méthode Bedaux est donc un objet-savoir historique complexe, un élément dynamique constitué d’un corpus de parties abstraites (la connaissance théorique) et de parties matérielles (les expériences pratiques d’application).

Random keywords #2

French version

La mine. Danger. Effondrement.Poussière. Grisou. Explosion. Gueules noirs, Pays Noir. France, Nord et Pas de Calais . Sylicosés, épuisés, morts, blessés. Martyrs, résistents. Zone interdite., Bataille du charbon, Grève, 1936, 1941, 1948. Le mineur heroic. Le mineur mythic.
La mine. Nationalisation. Houillères: après nous, le déluge. La crise, le déclin. Démantèlement, désindustrialisation. Plans de requalification. Paperasse, poussière. Mémoire, musées, archives.
Creuser jusqu’au fond (de l’archive)

Nominal classification

Nouns express how we perceive the world, but to reach balance between precision and economy, languages classify nouns. This process is nominal classification.

Classifying our surrounding in the world is one of the most basic task of our brains: minds would cease to function if we had to attend to each of the millions of stimuli which … constantly bombard our receptor organs… The nervous system and the brain itself function as a multi-leveled hierarchy of filtering and classifying devices, which eliminate a large proportion of the input as irrelevant ‘noise’, and assemble the relevant information into coherent patterns before it is represented to consciousness (Koestler; 1983: 201).

未命名

Are they Dangerous? Harmless? Neutral?

This fact is also demonstrated in terms of biology since classification abilities are necessary for the survival of every organism, as an example, in order to survive, creatures must learn in their earliest age to identify if other animals are a threat or not and which food is eatable while others are not. For humans, this perception of the world is then expressed via one of our most unique ability among other existing animals on Earth: language.

Nominal classification in languages of the world

The two most widespread systems to classify nouns in languages are noun classes and numeral classifiers. As an example of the first (also called grammatical genders), we find languages such as French which categorizes nouns in masculine feminine with grammatical agreement between the noun and other elements of the clause, e.g. un grand livre one(M) big(M) book(M) ‘a big book’ and une grande table ‘one(F) big(F) table(F) ‘a big table’. On the other hand, numeral classifier languages like Mandarin Chinese do not have this kind of agreement, but rely on a word inserted before the noun to assign him to a specific class of objects, e.g. yi4 ben3 shu1 one CL-volume book ‘a book’, the classifier ben3 is highlighting the fact the following noun belongs to the category of a volume, including possibilities such as a magazine, a book, a notebook among others. Studying how different languages apply different structures to fulfill the same purpose of classification is therefore the subject of our study.

Contact: Marc Tang, tangsaiid@gmail.com

L’apprentissage informel de l’arabe langue étrangère en ligne

4460865e1f514f278370abb9602c90dc-pearlsquareL’apprentissage informel de l’arabe langue étrangère en ligne 

  • Introduction 

Les apprentissages non formel et informel ont récemment connu une importance sans précédent (Straka, 2004) non seulement dans le monde de l’enseignement/apprentissage mais également dans le monde professionnel, vu leurs avantages indéniables pour l’individu, la société et l’économie tels que décrits dans le Cadre Européen des Certifications (CEC, 2008).

L’apprentissage informel provient des ressources illimitées de la vie de tous les jours. Notamment avec les vagues technologiques qui se succèdent les unes aux autres, l’apprentissage informel est devenu davantage accessible et répandu même chez les catégories dites « défavorisées », comme l’indique Livingstone

 « The proliferation of information technologies and exponential increases in the production of information have created greater opportunities for informal learning beyond their own direct experience for people in all walks of life in recent years » (Livingstone, 2001).

La prolifération des technologies de l’information et les augmentations exponentielles dans la technologie de l’information ont récemment créée de meilleures opportunités pour l’apprentissage informel pour des gens de tout horizon au-delà de leur expérience personnelle directe (Traduction personnelle).

  • L’apprentissage informel : définition et formes internesLanguage Master

L’apprentissage informel fait toujours l’objet d’un « débat conflictuel » au sujet des concepts utilisés et les aspects qu’il n’incorpore pas suffisamment (Brougère, Bezille, 2007), puisqu’il constitue un  « ensemble complexe » comportant plusieurs types (Brougère, 2012).

Ce type d’apprentissage peut donc s’effectuer à partir des expériences de nos vies quotidiennes. Il est non structuré et fait sur le tas, il n’est pas nécessairement intentionnel.

Parmi les concepts courants pour désigner l’apprentissage informel, l’on trouve : autodidaxie, autodirection, apprentissage en autonomie et apprentissage tout au long de la vie.

Selon Schugurensky, l’informel comprend des formes internes où les deux facteurs de l’intentionnalité et la prise de conscience sont pris en compte pour les classifier. Ces formes sont expliquées dans le tableau infra (Schugurensky, 2007) :

 

Formes d’apprentissage

 

Intentionnalité

Prise de conscience

 (lors de l’expérience d’apprentissage)

Autodirigé Oui Oui
Incident Non Oui
Socialisation Non

Non

  • Résumé de mon projet de recherche 

     Dans le cadre de mon mémoire de recherche, j’ai été amenée à effectuer une étude dans le domaine de l’apprentissage informel du français en ligne.  Pour ce faire, je me suis inspirée d’une série d’études dans le domaine de L’apprentissage informel de l’anglais en ligne. effectuées par Sockett et Toffoli.

     Ce sujet a retenu mon attention tout particulièrement car certains disent qu’on apprend mieux par le biais de l’informel, les langues par exemple (Colley, Hodkinson & Malcolm, 2003, Cross,2006, Mangenot, 2011). D’autant plus qu’il est considéré plus efficace et moins coûteux par rapport à d’autres formes d’apprentissage (Cross, 2006), sans oublier évidemment les ressources innombrables de l’informel de la vie de tous les jours, particulièrement avec internet et toutes les applications révolutionnaires.

     En effet, les études récentes menées dans le domaine de l’apprentissage informel ont montré que le temps consacré à ce dernier est largement supérieur à celui du formel (Livingstone, 2001, Sockett & Toffoli,2010).

    Internet représente un environnement favorable à l’apprentissage des langues. Les réseaux sociaux et l’ère de communication ont principalement contribué à l’apprentissage fortuit/incident.

     Un des objectifs principaux de ma recherche est de tenter de mesurer l’étendue de l’apprentissage informel de l’arabe en ligne chez les étudiants arabisants en France en effectuant une étude réplicative de mon sujet de master avec un angle différent et une partie consacrée à l’usage de l’arabe romanisé, notamment l’arabe de tchat qui consiste en l’usage de l’alphabet latin ainsi que des chiffres arabes pour désigner certaines lettres qui n’existent pas dans l’alphabet latin dans les échanges informels (courriels et réseaux sociaux) et son impact sur la qualité de l’écrit et la compréhension.

  •     Méthodologies de recherche

     Deux méthodologies de recherche complémentaires sont nécessaires dans ma recherche : la première est quantitative en distribuant des questionnaires auprès des étudiants arabisants de l’Inalco et dans d’autres départements d’études arabes en France. La deuxième, une méthodologie qualitative en menant des entretiens semi-structurés avec des apprenants de profils distincts ainsi qu’une étude de corpus à la suite des réponses aux questionnaires.

      Ces questionnaires ont été déjà employés dans des études précédentes et ont été modifiés suivant mon axe de recherche et mes hypothèses de départ.

        En voici le lien vers la version en ligne :

Lien de mon questionnaire

https://docs.google.com/forms/d/1NgYK-v2CDmAmmWR8LDJ6bYLCj2phFLxYKlLp6fA7a-E/edit

     Il serait intéressant, suite aux résultats, d’effectuer une comparaison avec ceux de mon master de recherche. Cela va permettre d’en dégager d’éventuelles généralisations sur le cas de l’apprentissage de l’arabe langue étrangère en ligne.

  • Premiers résultats

Les questionnaires ont été recueillis durant le mois de mai 2016 et sont en cours de distribution. Ils traiteront les points suivants :

  • Compréhension orale vs. Compréhension écrite.

  • L’usage de l’arabe de tchat dans les échanges informels en ligne
  • Code switching et usage de dialectes dans les échanges informels
  • Le temps consacré aux activités en ligne 
  • Entretiens semi-structurés 

Une autre méthodologie complémentaire sera suivie afin d’obtenir plus de détails sur les styles d’apprentissage et les pratiques les plus courantes des apprenants en ligne.

L’enseignement du français dans les universités soviétiques (1956-1985)

Dès 1956, la coopération linguistique et les échanges des professeurs de langue commencent à se développer entre la France et l’URSS. Qu’est-ce qu’ils apportent à l’enseignement du français dans les universités soviétiques – les nouvelles méthodes, les contacts personnels, la circulation des idées pédagogiques ?

Le bâtiment principal de l'Université de Moscou construit par le pouvoir soviétique en 1953.

Le bâtiment principal de l’Université d’État de Moscou construit en 1953, un des sept gratte-ciel staliniens.

Entre l’histoire de l’enseignement et l’histoire de la coopération linguistique

L’URSS de cette deuxième période soviétique reste un pays gouverné par l’Etat-parti. La culture, les sciences et l’enseignement demeurent des domaines particulièrement surveillés par le pouvoir communiste. La société, malgré l’émancipation progressive après la mort de Staline en 1953, est relativement fermée, les gens ordinaires ne peuvent ni effectuer un voyage en France ni établir les contacts avec des Français. Même si les échanges culturels entre l’Est et l’Ouest existent, l’Union Soviétique reste méfiant par rapport aux pays dits « capitalistes » et tente de limiter leur influence culturelle sur la jeunesse soviétique. Comment les professeurs enseignent-ils la langue française dans le système idéologiquement contrôlé des universités soviétiques dans les conditions de l’antagonisme de deux systèmes politiques – « socialiste » et « capitaliste » ?

Documents, manuels, entretiens avec des professeurs

J’envisage trois champs de recherche qui permettront de mieux comprendre l’histoire de l’enseignement du français en URSS:

  • L’organisation de l’enseignement du français dans les universités soviétiques et les acteurs impliqués – professeurs, étudiants, administrations des établissements d’enseignement supérieur, Ambassade de France en URSS, fonctionnaires du Parti communiste. Quelle était la commande de l’Etat relativement à l’éducation linguistique ? Quelle était la place du français par rapport à l’anglais et à l’allemand – deux autres langues étrangères enseignées dans les universités soviétiques?
  • Les manuels de français. Le but de cette étude est de comprendre l’évolution des démarches pédagogiques en France et en URSS et de saisir l’influence français ou les répliques des manuels français dans les ouvrages soviétiques. Mes analyses me convainquent que le transfert de savoirs existait mais, en même temps, il est possible que je ne trouve aucune trace. Dans ce cas, l’autonomie absolue de deux systèmes d’enseignement sera mise en évidence.
  • Les échanges linguistiques franco-soviétiques et leurs échos dans l’enseignement du français. Ayant déjà travaillé en Master 2 sur les lecteurs et les assistants français en URSS, je me pencherai sur l’étude des lecteurs et des assistants soviétiques qui ont travaillé en France. A la fin de 2013, j’ai eu la possibilité d’interviewer une assistante soviétique. Son témoignage a révélé la vision des mondes soviétique et français de l’époque tout à fait différente de celle des enseignants français en URSS. Les divergences étaient tellement graves et irréconciliables que je qualifierais les deux positions comme des réalités « parallèles ». Est-il le résultat de la propagande, de l’absence de l’information et du « rideau de fer », ou de la réflexion personnelle ? Ces questions ne peuvent être résolues que par le biais des entretiens avec les coopérants soviétiques qui restitueraient la perception de la coopération linguistique du côté soviétique. Ces recherches ouvrent une perspective de l’étude des images et des représentations réciproques concernant la France et l’URSS dans la deuxième moitié du XXème siècle.

Les étudiants soviétiques et le français

Voulez-vous savoir ce que les étudiants soviétiques de l’époque pensaient de la langue française et de l’enseignement du français ?

Dans cette vidéo de 1960, la jeune fille interviewée par Léon ZITRONE parle de ses études, de ses auteurs préférés, de la mode française. Le conseiller culturel de l’Ambassade de France à Moscou Marcel GIRARD évoque les échanges culturels entre la France et l’URSS. Je remercie mon directeur de thèse Madame Sophie COEURE, Professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris 7, spécialiste de l’histoire de l’URSS et des relations culturelles internationales, pour ce lien qui illustre très bien mes recherches.

Raj Kapoor : un réalisateur qui a dominé le cinéma indien pendant quarante ans

Cette thèse de Jitka de Préval (en cours depuis 2012) permet d’éclairer l’œuvre d’un grand cinéaste indien, méconnu du public français. Raj Kapoor (1924-1988), réalisateur, producteur et acteur, est de ceux dont l’œuvre offre un univers riche. Bien que souvent étudié par les chercheurs anglo-saxons, il n’a pas livré tous ses secrets. Sa filmographie rassemble quelques uns des plus beaux mélodrames du cinéma populaire hindi, dans lesquels on retrouve des personnages attachants, des mélodies, danses et chants envoutants qui ont séduit des générations de spectateurs. Proches du peuple, ces mélodrames révèlent un phénomène présent dans différentes situations et sous différents aspects : le sentiment d’incompréhension.

Le mélodrame de l’incompréhension

La photo taille réelle de Raj Kapoor devant sa maison natale de Peshawar

Raj Kapoor devant sa maison natale de Peshawar

Ce travail de recherche, inspiré par la lecture de Stanley Cavell, en particulier par celle de son ouvrage traitant du mélodrame de la femme inconnue[1], se donne pour but de montrer que les mélodrames de Kapoor sont porteurs d’un concept particulier qui les unit et les définit comme un genre cinématographique propre : le mélodrame de l’incompréhension. La double dynamique qui motive la création cinématographique de Kapoor, à savoir plaire aux masses populaires autant qu’à l’élite intellectuelle locale et étrangère, est à la base du sentiment d’incompréhension qu’il manifeste tout au long de sa vie. En 1958, il confie à la presse : « Je déteste l’incompréhension – ce qui est compréhensible car toute ma vie j’ai été l’homme le plus mal compris[2] ». Ce sentiment qu’exprime le cinéaste est aussi bien son fer de lance, que le bouclier de ses personnages : ces derniers font souvent preuve, lorsqu’ils agissent, de l’aveuglement le plus complet ; cependant, ils prennent une posture d’incompris afin de pouvoir nier la réalité à laquelle ils sont confrontés, et se réfugient derrière ce sentiment, qui devient alors l’expression de leur mauvaise foi.

 Le héros aveugle

La filmographie de Kapoor (qui compte soixante-cinq films) est traversée par une réflexion socio-philosophique sur la société en mutation et sur l’incompréhension qui découle de ce changement. Nous constatons que l’élément le plus significatif du mélodrame de l’incompréhension est la figure[3] du héros aveugle ou mutique. Le personnage paradigmatique, blind lover [amoureux aveugle] selon Madhava Prasad[4], n’est aveugle, dans les films de notre corpus, qu’au sens figuré. Il est en quelque sorte un révélateur qui fonctionne à l’instar de l’aveugle de Diderot, comme « figure heuristique aussi bien de l’activité psychique et sensitive que du statut du monde ainsi saisi »[5].

 L’incompréhension du fait de difficultés à communiquer

S’appuyant sur la poétique du mélodrame[6], Kapoor multiplie la présence métaphorique du héros aveugle qui pointe la difficulté ou l’impossibilité de communiquer et fait grief à la société de ne pas le comprendre. Inscrivant sa souffrance dans un contexte plus large, le mélodrame dépasse les frontières du drame intimiste pour l’élever au niveau du peuple ou de la nation. Pour amplifier ce phénomène, le héros aveugle kapoorien revêt les attributs du « simple » ou du « naïf »  qui exprime directement ses émotions, étant libéré des conventions ou de l’embarras. Sa simplicité et sa sincérité permettent d’introduire une légèreté dans les situations les plus graves, survenues, par exemple, à la suite de malentendus. Ce qui rend cela possible, c’est le caractère pour ainsi dire « hétéroclite » du mélodrame, qui permet l’incursion du comique ou du lyrique dans l’histoire filmique, comme nous le voyons, par exemple, dans les films Andaz [Mœurs modernes, Misunderstanding] Mehboob Khan, 1949 et Sangam [Confluent] Raj Kapoor, 1964.

Si nombre de mélodrames kapooriens mettent en scène un ou plusieurs personnages paradigmatiques (héros ou héroïne aveugles), il en existe cependant quatre, tous réalisés et interprétés par Raj Kapoor, auxquels il faut accorder une attention particulière ; dans ces films, se multiplient de façon notable les situations d’incompréhension, de malentendu, de méprise, d’ignorance, de confusion, etc. à tel point qu’elles paraissent très clairement représenter des éléments structurels marqués par la réflexion de Kapoor sur l’incompréhension : il s’agit d’Aag (1949), Sangam (1964), Mera Naam Joker (1970) et Ram Teri Ganga Maili (1985).

 La communication parallèle: la séquence musicale

Dans le mélodrame indien, la fonction de l’appareil lyrique (musique, chant, danse) concentré dans la séquence musicale est fondamentale, souvent pensée en amont du tournage, parfois même avant l’écriture du scénario. La séquence musicale est la colonne vertébrale des films de Kapoor et peut s’assimiler à un discours parallèle, en ce sens qu’elle crée un espace où « l’indicible peut s’exprimer », selon l’expression d’Anna Morcom. Organiquement intégrée dans le récit, elle permet de passer d’un univers à l’autre, du rêve à la réalité diégétique du film. Souvent, elle donne la clé qui permet de pénétrer dans l’espace mental des personnages, et de comprendre leurs réactions – ou leur absence de réaction quand les situations paraissent en mériter. Par ailleurs, la séquence musicale est la clé du succès des films de Kapoor et la marque de reconnaissance de son style.

[1] La réflexion cavellienne sur le mélodrame, rassemblée dans les ouvrages À la recherche du bonheur et La protestation des larmes, aboutit à définir un genre de mélodrame particulier : le mélodrame de la femme inconnue. Sa méthode consiste à rechercher des points de parenté (psychologiques, sociologiques, philosophiques, culturels) dans les films choisis parmi ceux qui présentent les mêmes caractéristiques formelles.

[2] Raj Kapoor, « Likes and Dislikes », Filmfare, 15 août 1958. Sur la relation de Kapoor et de la presse cinématographique indienne voir http://cms.kinetraces.fr/index.php/fr/editions, Filmfare et Raj Kapoor : complicité ou dépendance mutuelle ? Étude de cas (presse indienne), par Jitka de Préval.

[3] Par « figure » nous entendons « personne caractéristique représentée par l’imagination », c’est-à-dire « personnage typique d’une œuvre littéraire, ou type humain créé par la tradition populaire » mais aussi « être ou concept, personnifié, qu’on se représente sous une forme humaine plus ou moins nettement caractérisée ». (http://www.cnrtl.fr/definition/figure).

[4] Voir Madhava Prasad, Ideology of the Hindi Film. A Historical Construction, Delhi : Oxford University Press, (1998) 2000.

[5] Dans la Lettre sur les aveugles, Diderot démontre, à partir d’une expérimentation réelle, que les sens (les yeux) ne suffisent pas pour voir car ils ne sont pas « une source pure de connaissance ». Sur ce sujet voir Katia Genel, « La lettre sur les aveugles de Diderot : l’expérience esthétique comme expérience critique », Le Philosophoire 3/2003 (n°21), pp. 87-112, URL : www.cairn.info/revue-le-philosophoire-2003-3-page-87.htm

[6] Le mélodrame, défini par Peter Brooks comme mode de l’excès se sert, pour construire “son” monde, entre autres, des oppositions manichéennes, polarisation des valeurs et choix moraux, triangulations interpersonnelles liées par des pactes, secrets de famille et vœux tacites. Il privilégie les situations de crises et les mises en scène stylistiquement expressives pour amplifier la charge émotionnelle… Sur le mélodrame voir les ouvrages de Peter Brooks, Jacques Goimard, Jean-Loup Bourget, François Zamour, etc.